NBA LIVE 16 – Test

9 Nov

Screenshot-Original (81)

imageEn fan de NBA Live depuis l’opus 95, j’espère chaque année un retour triomphant de la série face à l’indétrônable concurrence. S’il y a du mieux, ce NBA Live 16 ne sera pas l’opus du renouveau.

Il est toujours difficile pour un jeu de sport de rivaliser avec un autre. Les joueurs font leur choix et on souvent du mal à le lâcher. Les comparaisons étant trop nettes dans ce genre de jeux video, il est parfois compliquer de co-exister. Quoiqu’il en soit, il semble que EA vise un autre axe, pour attirer des joueurs moins chevronnés. En effet, NBA Live 16 se veut certainement plus accessible que son rival, avec une défense plus faible et une attaque plus aisée. Mais du coup, on perd cruellement en réalisme et pour les connaisseurs c’est rédhibitoire.

Dans NBA Live 16, l’accès au panier est simplifiée, la réussite au shoot également. En défense, il est très (trop) souvent facile de faire une interception sans faire faute. Parfois, on semble même perdre le contrôle de notre joueur qui semble jouer tout seul. Enfin, pour résumer, on manque de contrôle et l’IA est trop mal dosée pour proposer une réelle simulation. Du coup, les dunks et les tirs de loin s’enchainent pour certes offrir spectacle et plaisir. Mais tous les joueurs n’adhéreront pas à cette approche…

Screenshot-Original (82)

Screenshot-Original (85)

Mais comme je le disais, EA vise une autre catégorie de joueurs (enfin on le suppose) en allant jusqu’à proposer un tutorial et beaucoup d’aides visuelles sur le terrain. Ainsi, on nous guidera dans nos plaçements ou nos choix à faire. A l’annonce d’un système, des flèches apparaissent, on sait à qui faire la passe, le bloque… quel mouvement effectuer avec son joueur. Il faut avouer que cet aspect est une très bonne idée.

Visuellement, NBA Live 16 marque des points par contre. Enfin, pas de manière globale mais plutôt concernant les joueurs les plus en vue. Ceux-ci bénéficient d’une excellente modélisation pour un résultat très réaliste. Cela concerne aussi leurs animations. Aussi, notez que vous pouvez numériser votre propre visage via une application sur smartphone. Liée à votre compte EA, celle-ci permet d’obtenir le résultat dans la création de votre joueur. Et le résultat est très satisfaisant, en tous cas davantage que le système proposé par NB2K16. Voici ma tronche :

NBA Live 16 débute par une phase de jeu jouable où l’on incarne Russel Westbrook (star de OKC présente sur la jaquette) qui plante un 3 points au buzzer. C’est un clin d’oeil original qui annonce la couleur car en effet, le jeu a la bonne idée de proposer le mode Big Moments qui permet toujours de revivre les plus grands instants de la saison 2014-2015. Des phases de jeu souvent spectaculaires et tendues. De bons moments à jouer pour les fans de NBA. Bien sûr on trouve le mode Carrière qui n’est pas aussi scénarisé que la concurrence mais qui propose tout de même de quoi s’amuser un moment tant il est complet.

NBA Live 16 reste un jeu de basket-ball qui manque de finition à différents niveaux. C’est le gameplay qui souffre le plus de lacunes et pour une simulation sportive c’est impardonnable. C’est d’autant plus dommage que techniquement le jeu tient la route sur consoles nouvelle génération. Niveau contenu aussi on pourrait attendre davantage mais il faut saluer la présence des Big Moments et d’une approche didactique. Notez que les amateurs de sneakers seront ravis également de voir une belle collection parfaitement modélisée…C’est difficile mais soyons optimiste et espérons un opus 17 au top. Les bases sont là mais il y a encore du boulot pour remporter l’entre-deux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *